• juillet 2015

    Macdonald accueille ses 1ers habitants

    Les premiers habitants se sont installés parmi les 1126 logements construits dans l’entrepôt. Ce nouveau pôle résidentiel offre une grande diversité de logements (loyer maîtrisé, accession libre, locatif social, foyer jeunes travailleurs, résidence étudiante) qui participe directement à la mixité du quartier.

    slider
  • Janv. 2015

    Le chantier de la pépinière prend forme

    La pépinière d’entreprises, entre les équipements publics et les bureaux BNP Paribas, dévoile ses premiers éléments de façade avec l’installation des fenêtres rondes imaginées par l’architecte O.Decq (maîtrise d’ouvrage Icade Promotion pour le compte de la RIVP). Plus de 1100 utilisateurs, en priorité des jeunes entreprises innovantes, sont attendus à partir de novembre 2015.

    slider
  • 19 janv. 2015

    BNP Paribas emménage à Macdonald

    C’est au tour des 1700 salariés de BNP Paribas (dont ceux de la Banque en Ligne et Hello Bank!), auparavant dispersés dans une quinzaine d’immeubles dans Paris et en Seine-St-Denis, d’emménager dans leurs bureaux neufs à l’entrepôt. Cette installation renforce la présence de la banque sur le territoire Paris Nord-Est, initiée depuis 2012 avec l’emménagement de 2700 salariés de BNP Paribas dans trois immeubles de la ZAC Claude Bernard, en face de l’entrepôt.

    slider
  • 15 déc. 2014

    La Semavip emménage à Macdonald

    La Semavip, aménageur parisien, s’installe au cœur de son grand territoire Paris Nord-Est en prenant ses quartiers dans l’immeuble-pont qui surplombe le tramway T3, au centre de l’entrepôt en chantier. Les nouveaux locaux accueillent également l’ASL (Association Syndicale Libre) en charge de la gestion de l’ensemble immobilier Macdonald ainsi que la SAS ParisNordEST, maître d’ouvrage de la reconversion de l’entrepôt, au sein de laquelle le groupe Caisse des Dépôts et la Semavip sont associés. Il s’agit de la première installation d’utilisateurs tertiaires dans l’entrepôt.

    slider
  • 20 Nov. 2014

    Inauguration du MAC19 par A. Hidalgo

    La Maire de Paris a inauguré le 20 nov. les 28000m² de bureaux, conçus par F. Leclercq et M. Mimram (maîtres d’ouvrage BNP Paribas Immobilier et Icade Promotion). Prenant appui sur la trame d’origine de l’entrepôt, ce bâtiment développe différentes typologies de bureaux autour de patios, de rues intérieures. Hellobank du groupe BNP Paribas s’y installera en janvier 2015.

    slider
  • Sept. 2014

    Première rentrée à Macdonald

    Reconnaissable à sa toiture plissée conçue par l’agence Kengo Kuma et qui se déploie à la pointe orientale de l’entrepôt, l’équipement mixte de la Ville de Paris regroupant une école, un gymnase et un collège a accueilli ses premiers élèves à la rentrée. Ils seront plus de 800 élèves à la prochaine rentrée, lorsque l’ensemble des logements de l’opération Macdonald auront été livrés.

    slider
  • 30 juin 2014

    Voie de livraison. Livrée !

    En prévision de l’arrivée des premiers utilisateurs des bureaux à l’automne, la SAS ParisNordEST a mis en exploitation le tunnel de livraison longeant l’entrepôt sur toute sa longueur. Il dessert l’ensemble des programmes en souterrain pour laisser, au seul usage des piétons, la large esplanade côté bd Macdonald.

    slider
  • 11 juin 2014

    L'entrepôt au Pavillon

    L’aventure de l’entrepôt Macdonald s’expose au Pavillon de l’Arsenal, du 11 juin au 4 octobre 2014. Photographies, maquette, croquis d’hier et d’aujourd’hui, pour découvrir l’histoire du projet, apprécier son échelle comme son concept original, en détails. www.pavillon-arsenal.com

    slider
  • 9 avril 2014

    Visite d’Anne Hidalgo, Maire de Paris

    L’entrepôt a eu l’honneur de la visite de la nouvelle maire de Paris quelques jours à peine après sa prise de fonction, accompagnée par Ian Brossat, de Jean-Louis Missika et du maire du 19e, François Dagnaud. Sa venue a suivi de peu, celle de son prédécesseur Bertrand Delanoë, le mois précédent.

    slider
  • 3 mars 2014

    Dans l'immeuble-pont

    Levée et réalisée à temps pour la mise en service du Tramway T3 en décembre 2012, la structure de l’immeuble-pont est aujourd’hui en cours d’aménagement intérieur par les architectes Lobjoy-Bouvier et l’entreprise Claisse, afin d’accueillir en fin d’année, les bureaux de la Semavip.

    slider
  • janvier 2014

    Façades révélées

    La diversité architecturale de l’entrepôt devient chaque jour plus tangible. Démarrés en début d’année 2013, les chantiers des immeubles de logements se poursuivent et dévoilent peu à peu le visage futur des habitations.
    Les premières livraisons débuteront, elles, dès 2015.

    slider

Contacts

SAS paris nord est

Chez Semavip
12 passage Susan Sontag
75019 PARIS

GROUPE CAISSE DES DÉPÔTS

Camille Picard
camille.picard@caissedesdepots.fr

SEMAVIP

Communication
communication@semavip.fr

ICADE

Charlotte Pajaud-Blanchard
charlotte.pajaud-blanchard@icade.fr

L’opération de reconversion de l’entrepôt Macdonald s’inscrit dans le grand projet de territoire Paris Nord Est. Pour plus d’information sur le GPRU Paris Nord Est, cliquez sur le logo.

Paris Nord Est - Nouveaux Quartiers Métropolitain

Presse

Téléchargez les documents sur le projet

Plaquette
de présen-
tation

février 2014
Dossier
de presse

2016

Crédits

Conception, rédaction, infographie :
à vrai dire la ville

Conception graphique : Tomate&Risson, Flgraf
Développement : AAM

Björn Bechstein / Foter / Creative Commons Attribution-NoDerivs 2.0 Generic (CC BY-ND 2.0)
Sylvain Bourdos / Foter / Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-NC-SA 2.0)
Hannah Darabi
Victor Davidovici
(vincent desjardins) / Foter / Creative Commons Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0)
Philippe Guignard (AIR IMAGE)
Benoît Grimbert
FAA+XDGA
FAA
Fonds privé Patrick Forest
Fonds Marcel Forest/Collection Archives départementales du Nord Lille France/
Jean-Luc Thieffry, photographe
Fonds privé Patrick Forest / Prospecta conseil
Sergio Grazia
Icade
kygp / Foter / Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 Generic
(CC BY-NC-ND 2.0)
François Leclercq & Marc Mimram Architectes
Mooody Matt / Foter / Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-NC-SA 2.0)
OMA
pixiduc / Foter / Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 Generic (CC BY-NC-ND 2.0)
Thomas Raffoux
Semio / Foter / Creative Commons Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0)
Cyrille Weiner
XDGA – Émilie Augeard
Cyrille Weiner
XDGA – Émilie Augeard

Mentions
Légales

www.entrepotmacdonald.com est édité et géré par la SAS ParisNordEst SAS ParisNord Est
72 avenue Pierre Mendès France
75013 Paris

Directeur de la publication : Madame Catherine Pérenet, Présidente de la SAS ParisNordEst

Hébergement : L’hébergement de ce site est assuré par OVH

TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES

Le site Internet du projet de reconversion de l’entrepôt Macdonald n’est pas soumis à l’obligation de déclaration à la CNIL, étant conforme à la dispense n°7 / délibération n°2006-138 du 9 mai 2006 décidant de la dispense de déclaration des traitements constitués à des fins d’information ou de communication externe.
Toutes les données personnelles qui sont recueillies sont traitées avec la plus stricte confidentialité. En particulier, la SAS Paris Nord Est s’engage à respecter la confidentialité des courriels transmis au moyen d’une messagerie électronique. Les messages électroniques et les adresses électroniques ne sont conservés que la durée nécessaire à leur traitement. Le site Internet du projet de reconversion de l’entrepôt Macdonald utilise l’outil statistique Google Analytics, lequel enregistre le taux de fréquentation des pages du site grâce aux données de connexion internet. Aucune donnée de type personnel ne sera enregistrée dans le cadre de la politique de données statistiques. La SAS Paris Nord Est s’interdit de collecter des informations pour tout autre objectif non décrit ci-dessus.

PROPRIéTé INTELLECTUELLE

Tous les éléments contenus sur le site (notamment les textes, graphismes, logos, sons, photos, animations, ou plus généralement tout type de données) sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Toute représentation et/ou reproduction totale ou partielle du site par quelque procédé que se soit, sans l’autorisation expresse de la SAS ParisNordEst, est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Il en est de même des bases de données figurant, le cas échéant, sur le site, qui sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 portant transposition dans le Code de la propriété intellectuelle de la directive européenne.


Tous les éléments contenus sur le site (notamment les textes, graphismes, logos, sons, photos, animations, ou plus généralement tout type de données) sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Toute représentation et/ou reproduction totale ou partielle du site par quelque procédé que se soit, sans l’autorisation expresse de la SAS ParisNordEst, est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Il en est de même des bases de données figurant, le cas échéant, sur le site, qui sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 portant transposition dans le Code de la propriété intellectuelle de la directive européenne du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données. Les marques et logos apparaissant sur le site sont la propriété de la SAS ParisNordEst. Toute utilisation, reproduction totale ou partielle de ces marques et/ou de ces logos est interdite, au sens de l’article L.713-2 du Code de la propriété intellectuelle, sauf autorisation préalable et expresse de la SAS ParisNordEst.

Création de liens vers www.entrepotmacdonald.com
La mise en place de lien vers le site www.entrepotmacdonald.com n’est conditionnée à aucun accord préalable. La mention explicite de l’intitulé du site internet Entrepôt Macdonald dans l’intitulé du lien est vivement souhaitée. Il est fortement recommandé que l’ouverture de cette page se fasse dans une fenêtre indépendante du navigateur. Toutefois, la SAS ParisNordEst se réserve le droit de demander la suppression d’un lien qu’elle estime non conforme à sa ligne éditoriale.

CONTENU DU SITE

Avertissement
Malgré tout le soin apporté par nos équipes éditoriales et techniques à la rédaction et la mise en ligne des documents, des erreurs typographiques ou des inexactitudes techniques ne peuvent être exclues. La SAS ParisNordEst se réserve le droit de les corriger à tout moment dès qu’elles sont portées à sa connaissance. Les informations et les documents contenus sur le site www.entrepotmacdonald.com sont susceptibles de faire l’objet de mise à jour à tout moment. Notamment, elles peuvent faire l’objet de mises à jour entre le moment de leur téléchargement par l’internaute et celui où il en prend connaissance.

Liens
Des liens vers d’autres sites, publics ou privés peuvent vous être proposés sur le site www.entrepotmacdonald.com afin de faciliter l’accès à l’information de l’internaute. Ces sites n’engagent pas la responsabilité de la SAS ParisNordEst quant à leur contenu.

Accessibilité
La SAS ParisNordEst ainsi que l’hébergeur s’efforcent de permettre que les internautes puissent avoir accès en continu au site www.entrepotmacdonald.com.
Néanmoins, SAS ParisNordEst se réserve le droit de ne pouvoir garantir l’accessibilité à son site internet et à l’ensemble des téléservices proposés en cas de force majeur (panne, intention technique de maintenance). La responsabilité de la Mission interministérielle pour le projet métropolitain Aix-Marseille-Provence ne pourrait être engagée.

La SAS
ParisNordEST

Créée le 24 novembre 2006 en vue de l'acquisition de l'entrepôt Macdonald et de la réalisation des programmes fixés par le PLU de la Ville de Paris, la Société par Actions Simplifiées ParisNordEST est le principal maître d'ouvrage de l'opération. Elle pilote à ce titre la reconversion du bâtiment existant et assure la coordination entre les différents opérateurs intervenant sur le site.
Son capital est réparti entre les associés à raison de 80% pour la Caisse des Dépôts et Icade Promotion et 20% pour la Semavip.

l'Entrepôt Macdonald

Chronique
d'une reconversion

Jadis une usine, hier un entrepôt, aujourd’hui un nouveau quartier. Cette chronique, c’est finalement celle de l’histoire urbaine parisienne. Celle de l’évolution de la capitale, de ses limites, de son rapport complexe avec la proche banlieue.Elle est aussi, une démonstration inédite de la capacité de la ville à se renouveler.

1858

Plus qu’ailleurs à Paris, le quart nord-est
a une histoire faite d’infrastructures
et de manufactures,
qui a marqué durablement le
paysage dans lequel s’inscrit l’entrepôt Macdonald.

Ce paysage, c’est celui de la « zone », un espace délaissé entre les anciennes « fortifs » et la banlieue rouge, fabriquée au fil du XIXe, par un entremêlement de voies ferrées, de canaux et de chemins boueux à distance de la civilisation. Poursuivant l’urbanisation en cours, une usine à gaz s’implante en 1858, sur le terrain du futur entrepôt, laissant pour des décennies les sols pollués. À partir de la distillation de la houille qui fournit un gaz éclairant, Paris devient ville lumière, au détriment de ses confins, exposés aux odeurs nauséabondes, aux fumées charbonneuses et aux risques d’explosion. L’usine ferme en 1955.

Mémoire d’une contrée perdue


La rue intérieure de l’usine de distillation - c. 1920

« Tout en haut de la rue d’Aubervilliers, (…) dans une contrée perdue, triste et pleine de masures, l’usine s’élève à côté des fortifications ; dès qu’on a franchi la grille, on croit pénétrer dans le pays mystérieux dont parlent les arabes, dans le pays où l’on fait les nuages. En effet, du milieu de la grande cour, s’échappent d’énormes panaches de vapeur blanche que le vent tord, éparpille et dissipe, tandis que les hauts de cheminées des fourneaux poussent vers le ciel des torrents de fumées. (…) Bâtiments en brique, pavillons d’habitation en pierre meulière, uniformément tapissés d’une nuance sombre empruntée à la suie et à la houille, tout cela a l’air en deuil, et c’est fort laid. »
Maxime du Camp, Paris - ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du XIXème siècle, Tome V, Librairie Hachette et Cie, Paris, 1875.

1964

Alors que la circulation automobile explose, obligeant la capitale à réguler son trafic de marchandises, la création d’un centre de transit rail - route est décrétée boulevard Macdonald,

sur les fondements de l’ancienne usine à gaz, à quelques encablures du futur périphérique. Calberson, la Société Nationale des Transports Routiers, filiale de la SNCF et maître d’ouvrage, confie la conception de l’entrepôt à l’architecte Marcel Forest.

Le concepteur visionnaire
Marcel Forest


Au moment où il obtient la commande de l’entrepôt Macdonald auprès de la société Calberson, Marcel Forest (1910-1998) bénéficie d’une notoriété grandissante en matière d’édifices industriels. Précédemment, il a eu l’occasion de transformer de nombreuses filatures et de concevoir l’Usine General Motors à Gennevilliers. Originaire de Tourcoing, il a fait ses armes auprès de son père, lui-même architecte et spécialiste des constructions industrielles, avec plus de 144 usines, à son actif. C’est en réalisant plusieurs entrepôts pour la gare de marchandises de Lille, que Marcel Forest se fait repérer par la société Calberson. Il prend sa retraite en 1975, mais la dynastie Forest ne s’arrête pas là, puisque son fils, reprend le flambeau et se trouve missionné en 1976, par la même société de fret pour la conception de l’entrepôt Ney, situé de l’autre côté du cours d’Aubervilliers.

1966

Les ambitions sont grandes pour le nouvel entrepôt. Lors de sa conception, la Ville de Paris prévoit une prescription garantissant l’évolution dans le temps de ce qui deviendra un géant de béton.

Pour y répondre, Marcel Forest imagine un bâtiment socle capable de supporter l’ajout futur de trois étages supplémentaires. Il porte déjà en lui, la possibilité d’une reconversion.

« Du fait de la servitude imposée par la Ville de Paris d’une future construction pouvant comporter trois autres niveaux et non encore définie, et pour que celle-ci puisse conserver son indépendance architecturale, la construction actuelle, étant donné sa grande longueur, devait être étudiée pour apparaître en quelque sorte comme le socle, le soubassement des constructions futures. On n’engage ainsi en rien leur définition : construction unique, ou constructions multiples, de destinations très différentes pouvant aller du simple entrepôt aux constructions scolaires ou aux salles de sports… Les façades de plus de 600 mètres ont donc été traitées sobrement, la façade principale évitant volontairement la discriminationdes différents niveaux et l’importance des circulations verticales pour n’apparaître que comme un vaste soubassement posé sur un socle en retrait. Son esthétique suffit pourtant à ce qu’il demeure un édifice complet d’apparence, en l’attente, qui sera peut-être longue, des programmes futurs. »
Marcel Forest, architecte concepteur, 1969

1970

L’entrepôt Macdonald surgit dans le paysage,
devenant ni plus ni moins
le plus grand bâtiment parisien

Au fil du temps, la souplesse de sa structure intérieure est éprouvée avec la création de bureaux, d’espaces de restaurations ou encore de programmes spécifiques pour les réserves du Musée du Louvre.
Il devient dans le même temps une muraille infranchissable entre Paris et ses communes riveraines.

2001

Paris cesse de considérer uniquement son
centre pour se tourner vers ses marges.
Le temps est venu de réintégrer les secteurs
des Portes de Paris dans la ville.

11 sites sont identifiés aux franges de la capitale pour
leur potentiel d’évolution. Le GPRU est lancé et avec lui,
une réflexion sur la seconde vie de l’entrepôt. Situé au cœur
de la périphérie, Macdonald constitue en effet une pièce clé
du GPRU Paris Nord EST. Sur 200 hectares,
de la Porte de la Chapelle à la Porte de la Villette, la mutation
s’amorce autour de trois priorités inscrites dans une vision
métropolitaine : l’amélioration de la qualité de la vie,
le désenclavement et la création de nouveaux pôles
économiques. Un programme aux équilibres marqués, engagé
en faveur du logement, social en particulier, et de la diversité
des activités économiques.

« Venant de la porte d'Aubervilliers, nous longeons le trottoire de droite du boulevard
Macdonald et les entrepôts, nous nous arrêtons pour pisser dans un endroit désert (...)
Voici que sur le trottoir du boulevard Macdonald, à hauteur du pré où paissent quelques
fois les chevaux de l’école du cirque, un abribus flambant neuf vient de sortir de terre.
Aucun détail n’a été négligé, ni la corbeille à papier, ni les publicités, ni le plan de la ligne,
ni même le nom de l’arrêt - la Clôture - (…) la seule chose qui cloche, c’est que cet arrêt,
planté dans un endroit peu accessible, ne desserve rien, ou presque rien (…) et que
d’ailleurs aucun bus ne le marque. »
Jean Rolin, La Clôture, Gallimard, 2002

>

2006

Coup de théâtre. L’entrepôt est mis en
vente par la SOVAFIM. Les acteurs urbains
principalement publics — Caisse des Dépôts, son promoteur Icade et la SEMAVIP pour la Ville de Paris— s’associent immédiatement au sein d’une société de projet, la SAS ParisNordEST. Elle acquiert l’imposant ouvrage, face à plusieurs fonds de pension et engage le renouvellement urbain du secteur.

SAS ParisNordEST

La Société par Actions Simplifiées ParisNordEST a été créée le 24 novembre 2006. Son capital est réparti entre les associés à raison de 80% pour la Caisse des Dépôts et Icade Promotion et 20% pour la SEMAVIP. Elle a pour objet l’acquisition de l’entrepôt dit “Macdonald”, sis du 141 au 221 boulevard Macdonald, à Paris 19e, en vue de la réalisation des programmes fixés par le PLU de la Ville de Paris.

SEMAVIP

La Société d’Économie Mixte d’Aménagement de la Ville de Paris intervient principalement dans le nord et l’est de Paris (Porte Pouchet, Porte des Lilas, Claude Bernard et Clichy-Batignolles jusqu’à fin 2010).
www.semavip.fr

SOVAFIM

La Société de valorisation foncière et immobilière est une entreprise publique constituée début 2006 sous la forme d’une société anonyme (SA) dont l’État est l’unique actionnaire et dont le but est d’acquérir, de transformer et de céder du patrimoine public.

2007

Le bâtiment aux mains des acteurs publics, tout peut commencer.

Les partenaires de la SAS ParisNordEST lancent, à l’automne, un concours international pour la reconversion de l’entrepôt,
sur la base de la programmation définie par la ville de Paris. Quarante jours plus tard, il aboutit à la désignation
de l’équipe OMA/Floris Alkemade.

OMA, l’agence
qu’on ne présente plus ?


L’agence néerlandaise d’architecture OMA (Office
for Metropolitan Architecture) est connue autant
pour ses projets à travers le monde que pour l’un de ses fondateurs, Rem Koolhaas. Son style et ses démonstrations libres ont très largement popularisé l’essayiste et théoricien de l’architecture. À ses débuts, l’agence OMA commence à se faire remarquer, en concevant le plan d’ensemble d’Euralille, le Netherlands Dance Theater à La Haye, le Cherckpoint Charlie à Berlin ou encore la Villa dall’Ava à Saint Cloud. Le projet de New City Center à Almere aux Pays-Bas, reconnu comme
un modèle de mixité urbaine intégrée assure notamment à l’agence une crédibilité forte dans le milieu urbain.
La notoriété de l’agence et la multiplication des commandes à l’étranger amènent OMA à s’installer
à New-York et Pékin. Récemment OMA a remporté trois concours en France : la médiathèque à vocation régionale de Caen, le Parc des Expositions de Toulouse et l’École Centrale du Plateau de Saclay.

2008

L’année débute avec les workshops.
Les propositions se suivent
mais ne se ressemblent pas et en septembre,
un « Masterplan » est validé.

Deux mois plus tard, la crise des subprimes éclate et ralentit
le projet. Malgré tout, la SAS ParisNordEST confirme sa volonté de concrétiser le Masterplan et confie sa mise en œuvre à l’architecte flamand Floris Alkemade. L’ancien directeur d’OMA crée sa propre structure à cette occasion et s’associe à Xaveer De Geyter. À eux deux, revient la délicate tâche d’orchestrer toute l’opération.


Floris Alkemade

Entré chez OMA en 1989, l’architecte urbaniste néerlandais Floris Alkemade devient directeur de projet en 1996 et l’un des associés en 2001.
Floris Alkemade connaît bien le contexte français. Au début des années 1990, il travaille sur l’aménagement d’Euralille, concrétisé en moins de quatre ans, et a également participé à de nombreux concours français : les Halles, le Stade de France, la Tour Danton à la Défense et la fondation Pinault à l’île Seguin. Parmi les autres projets urbains pilotés par Floris Alkemade au sein d’OMA, réalisés ou en cours, signalons deux projets à Almere, ville nouvelle des Pays-Bas, la reconversion d’anciens sites portuaires ou industriels comme ceux de Oude Dokken à Gand (Belgique) ou Zeche Zollverein à Essen (Allemagne) récemment inscrit au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Fin 2008, il fonde sa propre agence Floris Alkemade Architecture (FAA). Auteur du projet de reconversion de l’entrepôt Macdonald au sein d’OMA, il poursuivra son travail en assurant, dans le cadre de sa propre structure, la mission d’architecte coordinateur. Floris Alkemade enseigne ou intervient dans plusieurs universités aux Pays-Bas, en France et surtout en Belgique, où il est professeur invité de l’Université de Gand.


Xaveer De Geyter

En 1988, Xaveer De Geyter fonde son agence, dont le travail n’a de cesse de mettre en lumière les paradoxes et conflits cachés de la vie (sub) urbaine. XDGA a notamment dessiné les plans urbains de l’Îlot Saint-Maurice à Lille et du Pont du Gard à Nîmes (en collaboration avec Maarteen Van Severen). Au cours de la dernière décennie, de plus grandes commandes architecturales suivent, le Collège de l’Europe à Bruges, l’extension de l’Ecole Saint-Luc à Gant, la tour COOVI et la place Rogier à Bruxelles, un commissariat de police à Courtrai et deux bâtiments pour l’Université de Gant (en collaboration avec Stéphane Beel Architects). Récemment, l’agence remporte deux concours prestigieux, l’un pour la redéfinition du rond-point Schuman à Bruxelles et l’autre pour la construction de la nouvelle Maison de la Province à Anvers. Aujourd’hui, XDGA travaille davantage à l’étranger, en participant à de nombreux concours et en réalisant des projets de grande échelle, tels qu’un ensemble de 410 logements à Bordeaux et le plan directeur du campus de Paris-Saclay (en collaboration avec Floris Alkemade). Xaveer De Geyter est lauréat du prix d’urbanisme de l’académie d’architecture, et cinq fois finaliste nominé au prix Mies Van Der Rohe d’architecture.

2010

Les permis de construire obtenus, le chantier est lancé. Le passage à l’acte va soulever de nombreux défis :

Renforcement des fondations, mobilisation de multiples
opérateurs, gestion de moyens humains colossaux — plus de
1000 personnes s’affairent sur le chantier Macdonald.


L’impérieuse nécessité
de consolidation

Faire peser une telle masse sur les fondations existantes relevait de la prouesse technique, d’importants renforcements se sont donc imposés.
La propre charge de la superstructure et celle du bâti soumis au contreventement ont imposé de renforcer les pieux par des injections de Jet grouting entre 10 et 12 mètres de profondeur.

2012

Premier signe de sa reconversion, l’entrepôt se trouve à présent traversé par la ligne 3b du tramway.

Entre temps, la restructuration du bâtiment existant s’est terminée, il peut enfin prendre de la hauteur.

La métamorphose

« L’histoire de la reconversion est riche, les idées urbaines et architecturales qui l’ont permise aussi.
Un projet d’architecture, d’urbanisme, de génie civil? L’entrepôt Macdonald, c’est tout cela
à la fois : un projet dense à bien des niveaux. »

3 principes urbains

Les traversées

L’entrepôt se raccorde enfin à son environnement urbain. Son rez-de-chaussée retrouve le niveau de la rue, tandis que trois traversées sont créées du nord au sud.

La plus grande d’entre-elles forme une place généreuse,
à l’interface du T3, de la gare Rosa Parks et du boulevard
Macdonald. Articulant habilement architecture et infrastructure, l’ancien monolithe de béton s’intègre naturellement à la ville.

« Nous avons défendu l’échelle du bâtiment existant, par exemple quand il a
fallu laisser passer le tramway au milieu du bâtiment, nous avons beaucoup
insisté pour reconstituer le bâtiment avec l’immeuble-pont. »
Xaveer De Geyter, architecte coordinateur, FAA + XDGA, septembre 2013

L’évidement

Avec une profondeur initiale de 80 mètres,
difficile d’imaginer une vie résidentielle
au cœur de l’entrepôt sans apport de lumière
naturelle.

L’évidement s’est imposé à partir du premier étage du bâtiment existant. Aménagé en jardin d’agrément et en patios, ce cœur ouvert rend possible la construction de programmes habités tout autour, sur six niveaux supplémentaires.

« Les bâtiments modernes des années 40-60 ne sont pas très populaires en
France, mais on ne peut pas toujours gommer l’histoire, il est important de
voir ce qu’on peut faire avec pour répondre aux contraintes d’aujourd’hui. »
Floris Alkemade, architecte coordinateur, FAA + XDGA, septembre 2013

La superposition

La superposition de multiples programmes
— logements, bureaux, activités, commerces,
équipements publics, parking — sur l’entrepôt devenu socle, double la hauteur de l’ouvrage.

50 ans plus tard, la prémonition de Marcel Forest
devient réalité.

« Quand on parle d’architecture durable, d’urbanisme durable, il ne s’agit pas
uniquement de coefficients d’énergie, mais aussi de réutiliser l’existant. »
Floris Alkemade, architecte coordinateur, FAA + XDGA, septembre 2013

La diversité architecturale

Grâce au concours de 15 architectes,la diversité architecturale participe à l’émergence d’un quartier, là où hier s’étendait une zone logistique enclavée.

Cette composition architecturale complexe valorise dans le même temps le patrimoine originel. À travers la reconstitution de sa linéarité via l’immeuble pont qui enjambe la place centrale…

« En raison de son échelle, nous nous sommes dit qu’il ne fallait pas figer le
projet dans une seule forme, notamment pour que chacun puisse injecter sa
propre intelligence et enrichir le projet. »
Floris Alkemade, septembre 2013

La diversité architecturale

... mais aussi le jeu d’écriture de façades qui souligne la longueur de l’édifice par un système de stratification, alternant matériaux réfléchissants et matériaux opaques…

« Une question fondamentale revenait sans cesse : quelle liberté
d’expression doit-on laisser aux architectes ? »
Floris Alkemade, septembre 2013

La diversité architecturale

… et enfin la réhabilitation de certains éléments caractéristiques de l’ancien bâtiment tels que le plafond alvéolaire et la grille de béton.

« Cette tension entre le socle, plutôt unitaire, et un autre monde au-dessus,
forge la qualité du projet. »
Xaveer De Geyter, architecte coordinateur, FAA + XDGA,
septembre 2013

Parisien
mais métropolitain
141-221 boulevard Macdonald/

T8 RosaParks > Epinay ville/Taneuse T3 B Porte de la Chapelle > Porte de Vincennes RER E éole saint-lazare puis extension vers la défense LIGNE 12 Mairie d'issy > Front populaire / Puis extension mairie d'Aubervilliers LIGNE 7 La courneuve 8 mai 1945 > Mairie d'Ivry / Villejuif Louis aragon Montparnasse Gare du Nord Porte d’Asnières Porte de la Chapelle Saint-Lazare Châtelet Villejuif Mairie d’Ivry La Défense La Courneuve 8 mai 1945 Mairie d’Aubervilliers Porte de Vincennes Grand Paris Express GARE ROSA PARKS

LE MILLÉNAIRE : Une nouvelle proximité avec de grandes enseignes dans le nord est parisien.

Macdonald
devenu quartier :
preuve par la mixité

Logements
Locaux d'activités
Commerces
Bureaux
équipements

+ 1300 places de stationnement

Composition à 15

Liste complète
des opérateurs
en superstructure

Vu par...

Floris Alkemade & Xaveer De Geyter
Architecte coordinateur, FAA + XDGA

« Il ne faut pas gommer l’histoire
qui n’est pas si plaisante. »

Milena Wysoczynska
Architecte, FAA + XDGA

« Les règles sont faites
pour être remises en question. »

Victor Davidovici
Expert en construction parasismique

« L’entrepôt est une tour couchée. »

« L’entrepôt est une sorte de tour couchée.
Sa particularité n’est pas tant sa longueur que l’ajout
de programmes différents sur l’existant. L’entrepôt
pouvait initialement supporter une charge importante
de 2 tonnes par mètre carré, pour le passage
des camionnettes, il a fallu consolider l’existant pour
supporter les logements et bureaux du dessus qui ont
leur propre trame structurelle, leurs propres exigences
et pourtant une interface avec l’existant — cages
d’escaliers et d’ascenseurs, accès au rez-de-chaussée
et au parkings, sorties coupe-feu… »

Juliette
Passante

« Un bout de ville qui pousse sur le toit. »

« Cela me semble fou qu’un seul bâtiment puisse voir un bout de
ville pousser sur son toit… Le motif en façade de l’ancien bâtiment
donne, je trouve, une identité très particulière au lieu. »